Artif dans le verdon du 3 au 5 avril 2021

Le Verdon… Un nom mythique et plein de promesses ! Des immenses falaises de calcaire ocres, noires et grises plongeant à pic vers une magnifique rivière. Qui se lasse d’observer ce beau paysage ? Et qui ne rêverait pas d’y promener un bout de chausson ? Alors pour le week-end de pâques les premières de cordées se sont octroyées ce plaisir ! Un moment volé dans cette crise sanitaire, avant que le confinement ne se déclare de nouveau, nous sommes allées nous régaler d’ambiance vertigineuse et de mouv’ aériens avec pour thématique du week-end grandes voies sportives et artif !!!! 

Nous nous retrouvons à 4 le samedi matin avec pour objectif la voie « l’usage du monde » en hommage au livre de Nicolas Bouvier. Le choix s’est porté sur une voie pas trop longue car la météo annonce de la pluie dans l’après-midi. Après une descente à pied dans les gorges par une « via-cordata » dans le ravin de Main morte nous entamons l’ascension en 2 cordées. 5 très belles longueurs qui nous permettent de nous familiariser avec le magnifique calcaire du coin et de retrouver le plaisir de la grimpe en extérieur après ces longs mois d’hiver ! 

Le lendemain matin, le temps est gris mais de toute façon on n’avait pas prévu d’aller rôtir au bord de l’eau, le programme est établi depuis quelques temps déjà : artif dans la grotte de la castapiagne rouge! Tout une histoire ! L’artif pour les non initiés consiste à « grimper » sans poser les mains sur le rocher. Comment ? En posant des coinceurs et en se hissant dessus avec longe et échelle ! Ça peut paraître bizarre pour des amoureuses du rocher de vouloir s’initier à cette pratique mais dixit Angèle « rien de mieux pour prendre confiance dans vos protections que de passer 3h assises dessus ! » et puis qui sait, peut être qu’un jour dans une voie trop difficile pour nous cela nous permettra de se sortir d’un pas délicat ! Alors nous voilà parties avec nos sac de 15kg chacune : friends, cablés, pitons, marteaux… à l’assaut de la marche d’approche ! Au pied de la grotte on se dévisse toutes la tête pour essayer d’apercevoir le haut de la falaise sans succès, on est un peu scotchées par la beauté du lieu ! On va s’installer au secteur de couenne car 2 à 3h pour faire une longueur, on ne peut pas se permettre d’en faire 50 ! Nous voilà prêtes à commencer, un peu timides au début car ça semble plus facile à dire qu’à faire mais allez on se lance et on grimpe chacune une longueur, et incroyable mais vrai : à la fin on y prend du plaisir ! Quel doux bruit qu’un marteau qui tape sur un piton, quelle joie quand dans un hurlement de rage on finit par faire ressortir le-dit piton en tirant dessus d’un coup sec ! Quelle sensation de se vacher sur un micro-alien coincé dans une petite anfractuosité de la roche et de se hisser dessus. On peut dire que la journée est une réussite et nous savons maintenant qu’un friend c’est béton et qu’un piton ça chante ! Oh joie, nous pouvons rentrer l’esprit tranquille au camping pour faire l’apéro !

Pour notre dernière journée on se décide à partir sur une voie au-dessus des Félines : l’arête de la patte de chèvre. 7 belles longueurs dans le gaz et le vent ou l’on apprend que même s’il fait chaud en bas quand on est à l’ombre dans la voie on a froid aux doigts et ça rend plus difficile la grimpe !! Heureusement on se console avec une vue exceptionnelle sur le lac de sainte-croix et les discussions  aux relais ! La redescente est longue mais nous permet de faire le plein de thym avant de rentrer dans nos hautes alpes adorées, il n’y a plus qu’à passer mettre les pieds dans l’eau et c’est déjà la fin du séjour verdonesque. On aura bien profité de notre dernier week-end de liberté…